logo
Homepagina » Wat anderen er van zeggen » Le ticket de vote de Schrödinger

13/10/2018: Le ticket de vote de Schrödinger


Soit un ticket de vote du vote électronique avec "preuve" papier, enfermé dans une urne d’une commune Bruxelloise. Ce ticket peut être à la fois nul et valable. Ce n’est que lorsque le président du bureau principal décide de vérifier cette urne qu’il pourra observer si le vote est nul ou valable.

Voici un paradoxe du vote électronique avec "preuve" papier tel que pratiqué en région Bruxelles-Capitale.

Un bulletin de vote papier est soit nul, soit valable.

Normalement, un bulletin vote ne peut pas être simultanément valable et nul.

Mais dans le vote électronique avec preuve papier tel que pratiqué dans la région de Bruxelles-Capitale, il existe des bulletins de vote qui sont dans une sorte d’état quantique, pouvant être simultanément valables et nuls, et ce jusqu’à ce que ceux-ci soient observés.

Les machines à voter Smartmatic produisent un ticket de vote hybride. Il contient une partie lisible par l’urne de vote, un QR code, et une partie lisible par le citoyen, le numéro de la liste, le sigle de la liste, et le(s) nom(s) des candidats choisis par le(s) vote(s) de préférence.

Pour l’urne électronique, ce qui compte, c’est le code barre à deux dimensions, le QR code. L’urne ne regarde pas le reste du bulletin de vote. Si le code est lisible et valable, c’est bon.

Sauf qu’un électeur pourrait écrire quelque chose sur son ticket de vote.
Dans ce cas, le bulletin de vote devrait être nul, et ce serait le cas en vote papier comme en Wallonie. Sauf qu’en vote électronique avec "preuve" papier, à part l’électeur lui-même, presque personne ne voit le bulletin de vote.

À Bruxelles, la loi impose au président de bureau principal de dépouiller manuellement minimum un bureau de vote par commune. Celui-ci va compter les chiffres électoraux, soit les numéros de liste et comparer cela au résultat fourni par l’urne électronique de ce même bureau.

Dans ce cas, un tel ticket de vote, avec une inscription manuelle, sera détecté, et le président de bureau principal est supposé le déclarer nul.

Tous les bulletins de vote des urnes bruxelloises sont en quelque sorte
dans un état quantique, en même temps valables et non valables. Ces
bulletins sont réputés valables, mais en cas d’observation humaine, ils
révéleront leur état réel et ceux non valables seront alors considérés
comme nuls.

L’étude BeVoting ayant donné naissance au vote électronique avec "preuve" papier, et le rapport du collège des experts pour les élections bruxelloises de 2012 recommandent une solution simple. Il suffit que l’urne soit passive, sans informatique, et que l’ensemble des tickets de vote soient vérifié dans un bureau de "dépouillement/encodage". C’est également le lieu idéal où des citoyens-assesseurs pourraient effectuer un audit citoyen en comptant manuellement un pourcentage significatif des bulletins "électroniques".

Voici donc à n’en pas douter une façon originale de protester contre le vote électronique. Venez voter en ayant préparé une lettre de protestation à l’attention du président de bureau principal. Dans cette lettre, vous expliquerez que vous voulez un contrôle citoyen sur le résultat de l’élection, et que peut-être, dans l’urne de votre bureau se trouve un bulletin qui une fois observé devrait être considéré comme nul.

Libre à vous ensuite d’écrire quelque chose sur votre ticket, et de prendre le (faible) risque que votre vote soit annulé, ou de voter normalement. Si lors du dépouillement manuel, un président de bureau principal découvre un tel bulletin avec une revendication écrite à la main, cela ne manquera pas de le faire réfléchir.