logo
Homepagina » Over ons » Onze standpunten » Réponse de PourEVA au communiqué de presse de la Ministre de l’Intérieur du (...)

26/05/2010: Réponse de PourEVA au communiqué de presse de la Ministre de l’Intérieur du 26/05/2010


La Ministre de l’Intérieur a déclaré que "les élections sont un énorme exercice démocratique qui mobilise quelque 100.000 personnes et doit répondre à trois critères: "la transparence, la fiabilité et la facilité"

La Ministre de l’Intérieur se moque de 44% des habitants de ce pays en affirmant que les élections doivent répondre à ces trois critères alors qu’aucun d’entre eux ne sont rencontrés par le vote électronique. Raison pour laquelle il a été condamné en 2007 par les chercheurs belges auteurs du rapport «BeVoting» (rédigé à la demande des administrations fédérales et régionales) [1] ainsi que par l’OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) [2].

  • Transparence : ce qui se passe dans les ordinateurs n’est absolument pas transparent pour les citoyens-électeurs.
  • Fiabilité : ces ordinateurs sont visiblement non fiables (pannes, résultats impossibles, ...) mais, pire, pourraient être invisiblement non fiables (erreurs ou fraudes non détectées).
  • Facilité : nombreux sont les électeurs qui doivent se faire aider dans l’isoloir (au mépris du secret de leur vote) car ils ont des problèmes avec l’écran, l’utilisation du crayon optique ou la manipulation de la carte magnétique.

Alors qu’il leur était parfaitement possible de le faire, aucune des communes qui utilisaient précédemment le vote électronique n’a décidé d’y renoncer et d’opter pour un mode de scrutin transparent, à la portée de chaque citoyen quel que soit son âge, ses capacités visuelles et sa familiarité avec l’informatique : le vote sur bulletin papier.

"L’appareillage a été testé et il ne devrait pas y avoir de problème", a assuré la Ministre appuyée par les membres de l’administration.

La Ministre de l’Intérieur se moque de ses concitoyens. Les machines utilisées en Belgique ont été mises en service en 1994 et 1998. Elles ont donc toutes dépassé leur durée d’utilisation fixée à dix ans et garantie pour cette seule durée par les fournisseurs.

La Ministre de l’Intérieur a trouvé le moyen d’exploser les délais de garantie par la seule intervention d’experts (indépendants ?) appelés au chevet du matériel obsolète, propriété de communes de plus en plus désargentées. Mais prudente, elle a utilisé le conditionnel : il ne devrait pas y avoir de problème. Telle est l’hypothèse fondatrice du vote électronique.

Rappelons quand même, qu’en 2003, à Schaerbeek, un candidat avait obtenu plus de votes de préférence que le total des voix de sa liste ; qu’en 2004 à Anvers, une erreur dans les résultats pour le Parlement européen ayant été décelée, on s’est rendu compte que les résultats régionaux étaient aussi entachés d’erreurs... non détectées par le système de vérification... et que les résultats étaient parvenus tels quels au Ministère de l’Intérieur; qu’à Liège, en 2006, le comptage électronique a fourni des résultats mathématiquement impossibles ; qu’en 2009 des électeurs européens ont avoué avoir pu voter pour des candidats aux élections régionales, ce qui est parfaitement illégal [3]. Pour toutes ces erreurs avérées et pas toujours corrigées, combien d’erreurs inaperçues ?

Errare humanum est, perseverare diabolicum. Curieux comme les dictons d’antan peuvent encore s’appliquer aujourd’hui. Courage, Mesdames et Messieurs les représentants de la population "démocratiquement" élus ! La rapidité des résultats vaut-elle vraiment la peine de fermer les yeux sur la manière dont on les obtient ?

Alors, pourquoi poursuivre ce déni de démocratie et ce gaspillage des deniers publics ?

Alexandra Mocole, David Glaude, Kommer Kleijn et Michel Staszewski, membres de l’association citoyenne « PourEVA »

PourEVA

Association de citoyens Pour une Ethique du Vote Automatisé

PourEVA est une association de fait, indépendante de tout parti politique, regroupant des citoyens qui contestent le système du vote automatisé tel qu’il se pratique actuellement en Belgique. Ils refusent ce système car il prive les électeurs de toute possibilité de contrôler les élections auxquelles ils sont appelés à participer.

Les membres de l’association sont tous animés par un objectif commun : le retour à un système de vote et de dépouillement démocratique.

L’association PourEVA compte un taux exceptionnellement élevé d’informaticiens, particulièrement sensibilisés aux dangers que représente le système de vote et de dépouillement utilisé actuellement.

Pour plus d’informations, consultez notre site http://www.PourEVA.be/

Pour nous contacter par courriel : email@poureva.be


[2Belgium-Federal elections - 10 june 2007: OSCE/ODIHR Election Assessment Mission Report : http://www.poureva.be/spip.php?article485

[3Ces différents incidents sont relatés dans les rapports du collège des experts désignés par les différents parlements depuis les élections de 1999.