logo
Homepagina » In de media » Science & Vie: Neutrons... ils font planter les ordinateurs

01/09/2006: Science & Vie: Neutrons... ils font planter les ordinateurs

Explication scientifique autour d’un rayon cosmique


Pour illustrer des explications sur les dangers et les perturbations des rayons cosmiques, la revue Science et Vie de Septembre 2006 (N°1068) parle du rayon cosmique qui a perturbé les élections de 2003 en Belgique.

Extrait

"Ils m’ont dit qu’un rayon cosmique, venu du fin fond de l’Univers, avait touché l’ordinateur et faussé le résultat des élections." C’est par cette détonante déclaration que Zoé Genot, jeune députée écologiste, rendi compte en pleine session de la Chambre des représentants de Belgique, le 30 septembre 2003, des conclusions auxquelles venaient d’aboutir des experts en informatique concernant une affaire peu commune. Les faits remontaient au 18 mai de la même année, dans la ville de Schaerbeek: lors du dépouillement des résultats des élections législatives, un écart de 4096 vois était apparu pour un même candidat entre le vote traditionnel et le vote électronique mené en parallèle. Mais l’argument avancé par la jeune députée pour expliquer cette bizarrerie apparu sur l’instant si farfelu que le président de la Chambre la remercia ironiquement de "s’inquiété de l’influence des Martiens sur les élections". De fait, comment imaginer qu’une particule cosmique puisse atterrir au beau milieu de la Belgique et désorganiser un scrutin? Voilà qui faisait plus songer à une histoire belge. Et pourtant!

Loin d’être un cas isolé, cet "incident de Schaerbeek" est en fait révélateur d’une menace qui ne fait rire ni les chercheurs ni les industriels.

...

Face au désarroi du vice-Premier ministre sur "l’incident de Schaerbeek", la députée Zoé Genot, elle, a décidé de faire preuve de philosophie: "J’espère qye l’on trouvera le logiciel adéquat... à moins que le rayon consmique n’influence positivement notre liste!"

Commentaires

Même si les explications physiques sur le rayonnement cosmique sont sans doute d’un bon niveau, l’histoire belge n’est pas réellement respectée.

Voici quelques erreures qui se sont glissées dans le début de cet article:

  • Il ne s’agit pas d’experts en informatique ... mais de membre du collège des experts. Rien ne dit que les membres du collège des experts sont des experts en informatique. En 2003, ces informaticiens, souvent fonctionnaires, qui travaillent dans les différentes assemblées parlementaires de Belgique.
  • Schaerbeek n’est pas une ville, mais une des communes de la Région Bruxelles-Capitale.
  • Le rapport des experts qui a donné comme conclusion qu’une inversion spontanée et aléatoire d’une position binaire est probablement à la base de "l’incident de Schaerbeek" a été publié dans les semaines qui ont suivit les élections, c’est-à-dire fin mai 2003 et non en septembre 2003 comme le laisse le supposer l’article.
  • Il n’y a jamais eu d’élection parallèle papier et électronique à Schaerbeek. Ce qui s’est passé c’est que une candidate a obtenu plus de voix de préférence que sa liste (ce qui est mathématiquement impossible). C’est en "recomptant" les cartes magnétiques qu’ils ont découvert que l’erreur était de 4096.

Le lecteur trouvera plus d’information à partir de notre article: Tout sur l’Inversion spontanée de position binaire